Provocation à la violence : le rappeur Orelsan relaxé

18 février 2016

«Ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner»… A l’issue d’une longue procédure judiciaire, la Cour d’appel de Versailles a jugé que les propos du chanteur relevaient de la liberté d’expression. Déception du côté des cinq associations féministes qui le poursuivaient.   Pour les cinq associations féministes qui poursuivaient le rappeur Orelsan depuis 2013, c’est «une grande déception». Ce 18 février, la cour d’appel de Versailles a finalement relaxé…

Lire la suite >>