Crise du lait : mobilisation nationale demain.

Le titre de 20 minutes :

Crise du lait: Mobilisation nationale dès lundi pour faire plier Lactalis

Les syndicats agricoles ont décidé dimanche d’accentuer la pression sur Lactalis, annonçant une mobilisation nationale dès lundi pour tenter de forcer le géant laitier à remonter ses prix d’achat.
« Nous sommes très déçus du comportement de Lactalis »

« Une action d’envergure nationale » a été décidée après l’échec des négociations avec Lactalis la semaine dernière, a déclaré dimanche Philippe Jéhan, président de la FDSEA Mayenne, sur BFMTV.

Quelques heures plus tard, les principales organisations syndicales nationales de producteurs agricoles, FNSEA, FNPL et JA, ont annoncé dans un communiqué le lancement lundi d’« un mot d’ordre national pour aboutir à un accord avec Lactalis » sur le prix du lait.

La nature des actions qui seront menées n’a pour le moment pas été précisée. Une réunion téléphonique doit se tenir « ce soir (dimanche) à 21 heures », a simplement indiqué à l’AFP Christiane Lambert, numéro deux de la FNSEA.

Selon le JDD, les agriculteurs en colère pourraient notamment « s’inviter sur les sites de fabrication de Lactalis, et dans les grandes surfaces pour stigmatiser les marques Président, Lactel, Bridel » appartenant au groupe.

« Nous sommes très déçus du comportement de Lactalis, qui se se dit prêt à participer aux négociations, mais qui à côté de ça ne propose que des prix dérisoires » au regard des moyens dont il dispose, explique Mme Lambert.

Les agriculteurs « se sont sentis humiliés par tant d’arrogance » et « meurtris par cette incapacité du groupe Lactalis à sortir d’une relation moyenâgeuse entre un seigneur et ses serfs », ajoute le communiqué des syndicats agricoles.

« Lactalis devra plier ou alors ça lui coûtera très cher », a pour sa part averti M. Jéhan, annonçant d’ores et déjà que plusieurs fédérations départementales de producteurs envisageaient des actions. « Je n’ai pas les horaires ni les dates exactes, ça pourrait être dès ce soir dans certains départements », a-t-il précisé.
Lactalis silencieux depuis vendredi

En relançant les actions à l’échelon régional tout en promettant de porter le combat au niveau national, les producteurs de lait cherchent à augmenter la pression sur Lactalis, resté silencieux depuis vendredi. Le groupe laitier avait alors proposé une augmentation de 15 euros la tonne de lait à compter du 1er septembre, soit environ 271 euros.

Cette proposition avait été perçue comme un véritable camouflet par les agriculteurs, qui estiment leur coût de production à 300 euros la tonne. Le médiateur du gouvernement avait lui fait une proposition à 280 euros la tonne, ce qui n’a pas été accepté par les producteurs de lait.

Lactalis achète actuellement la tonne de lait à 256,90 euros la tonne, soit bien en dessous du prix payé par d’autres transformateurs comme Laïta et la société Silav (290 euros la tonne) ou la laiterie Saint-Père, filiale d’Intermarché (300 euros les 1.000 litres).

Un producteur sur cinq en France travaille pour Lactalis, soit 20 % de la collecte française, ou 5 milliards de litres de lait collectés sur un total de 25 milliards produits annuellement en France.

Le titre du Figaro :

Crise du lait : les producteurs mèneront des actions «d’envergure nationale» contre Lactalis

Après un nouvel échec des négociations sur le prix du lait vendredi soir, les syndicats agricoles ont décidé de lancer lundi «un mot d’ordre national» pour faire plier Lactalis. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a haussé le ton tout en reconnaissant ne pas pouvoir faire pression sur les acteurs du dossier.

Les producteurs passent au plan B. Après un nouvel échec des négociations sur le prix du lait avec Lactalis vendredi soir, et après avoir dû quitter samedi le rond-point qu’ils occupaient depuis lundi devant le siège du groupe à Laval à la suite d’une décision de justice, les syndicats agricoles ne relâchent pas la pression. Les principales organisations de producteurs – FNSEA, FNPL et JA – ont indiqué dimanche dans un communiqué qu’elles allaient lancer lundi «un mot d’ordre national pour aboutir à un accord avec Lactalis» sur le prix du lait.

«Le groupe Lactalis a révélé au grand jour, ces dernières heures, toute l’étendue du mépris qu’il avait pour les agriculteurs», déplorent ces derniers dans leur communiqué. «Face à l’échec des négociations et à des propositions inacceptables, les 3000 agriculteurs qui se sont succédés à Laval durant la semaine, et tous les agriculteurs de France, se sont sentis humiliés par tant d’arrogance.» Les syndicats insistent sur le fait qu’ils ne lâcheront pas. Plus que jamais, ils (les agriculteurs, ndlr) sont résolus à obtenir du leader mondial un prix du lait juste (…) Et c’est dans cet objectif que lundi, un mot d’ordre national sera lancé par nos trois organisations pour que les représentants de Lactalis reviennent à la table des négociations avec des propositions décentes.»

Laisser un commentaire