François Hollande, un président sans bilan

Un très bel article criant de vérité de nos amis suisses publié hier :

Un article comme on aimerait en voir beaucoup plus souvent en France !!

L’article résumé ici de Letemps.ch :

A un an de l’élection présidentielle, le chef de l’Etat ne cesse de répéter que le pays «va mieux». Difficile à croire, au vu de la contestation sociale ambiante, du taux de chômage toujours record et de son impopularité chronique. Enquête sur un quinquennat dont le bilan n’apparait qu’en filigrane

Dans les sondages, une plongée abyssale

Sauf que ce scotch-là ne peut faire oublier la plongée abyssale du président dans les sondages: 55% de Français «confiants» dans sa présidence en juin 2012, à l’issue de législatives remportées haut la main par les socialistes (280 élus PS contre 180 UMP); 41% seulement d’opinions favorables en septembre 2012, pour tomber à… 15% en avril 2016. «Hollande est aujourd’hui à peu près le seul à y croire…

Le site qui évalue la mise en œuvre des promesses

Que reste-t-il dès lors, de ces quatre années passées à l’Elysée où François Hollande est le second président de gauche de la Ve République, après François Mitterrand entre 1981 et 1995? Un site, Luiprésident.fr, tente d’y répondre.

Animé par une équipe d’étudiants de Sciences Po Lille, il évalue, du vert (tenu) au marron (brisé) en passant par le rouge (annonce) la mise en œuvre des 60 promesses du candidat. Bilan: une nette dominante rouge sombre à partir d’août 2012…

Une défiance croissante

Lorsque le 31 décembre 2013, le président annonce un «pacte de solidarité et de responsabilité» destiné à convaincre les entreprises de réembaucher contre des allégements de charge (conforté depuis par l’adoption de la loi Macron en juillet 2015, et par le projet de loi El Khomri sur la réforme du code du travail actuellement débattue sous haute tension sociale), il est déjà trop tard…

Drôle de quinquennat socialiste où le chef de l’Etat se retrouve vendeur d’armes

Les observateurs vantent le travail du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ou les vrais succès commerciaux que représentent les ventes d’avions militaires Rafale à l’Egypte (février 2015), ou de sous-marins à l’Australie (avril 2016). Drôle de quinquennat socialiste où le chef de l’Etat se retrouve vendeur d’armes en chef – même si l’Inde a quasiment annulé sa commande mirifique de 126 Rafale – et n’a, comme argument solide à avancer face à une contestation sociale croissante et aux 5,5 millions de demandeurs d’emploi toutes catégories (soit 700 000 de plus qu’au début du mandat)…

Article de l’auteur Richard Werly

Je vous conseille d’aller tout l’article ! Edifiant de vérités !

Laisser un commentaire