Violences contre les pompiers : inadmissible intolérable !

Le titre du Parisien :

Encore une violente agression contre les pompiers de l’Oise

Sortie brûlante, mercredi soir, pour les sapeurs-pompiers de Tillé. Appelés pour intervenir au cœur de la cité des Fleurs, à Beauvais, six d’entre eux ont été pris à partie par un groupe d’une dizaine de jeunes. Au cours de l’échauffourée, un parpaing a été lancé sur le fourgon pompe-tonne des pompiers.
Pire : les restes calcinés d’une bonbonne de gaz de 13 kg ont été découverts à l’endroit du sinistre.

C’est peu après 21 h 30, rue des Pervenches, que le piège s’est refermé sur les six hommes du centre de secours de Tillé. « Nous avons été appelés pour une fumée suspecte. Une fois sur place, nous avons vite constaté qu’il s’agissait d’un scooter en flammes, relate l’adjudant Cédric Devallé, le chef du groupe dépêché sur place. Peu après notre arrivée, alors que nous terminions l’extinction, une petite bande d’individus nous a abordés. Ça a commencé par des invectives, des insultes, jusqu’à ce qu’un parpaing soit lancé sur la calandre de notre véhicule. »

Sous la menace, et dans un souci d’apaisement, les soldats du feu décident alors de se réfugier dans leur camion avant de quitter les lieux, appliquant à la lettre les principes appris lors des formations « violences urbaines » dispensées à tous les sapeurs-pompiers de l’Oise.

Si personne n’a été blessé lors de l’intervention, l’agression des six agents n’en révolte pas moins le conseil d’administration du service départemental d’incendie et de secours (Sdis). « Ce qui est inquiétant, c’est qu’à chaque fait, on franchit un palier en termes de violence, s’inquiète Christophe Dietrich, vice-président du Sdis. Il y a eu l’épisode du cocktail Molotov en novembre. Cette fois, c’est carrément une bouteille de gaz qui est jetée au milieu des flammes. Que ce serait-il passé si elle avait explosé ? Il s’agit, ni plus ni moins, d’un acte criminel… » Un acte qui provoque l’« indignation » du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui s’est exprimé dans un communiqué.

Reste désormais à savoir si les pompiers de Tillé ont été victimes d’un guet-apens soigneusement préparé. « Rien ne permet de l’affirmer même si un faisceau d’indices tend à accréditer cette piste », tempère Fabienne Decottignies, la directrice de cabinet du préfet de l’Oise. « Tout est mis en œuvre pour identifier et interpeller au plus vite les auteurs de ces faits », insiste de son côté le commissaire divisionnaire Arnaud Bavois. Une plainte a été déposée dès mercredi soir au commissariat de Beauvais. Par le Sdis mais aussi par les six sapeurs-pompiers agressés.

Le titre de 20minutes :

Bernard Cazeneuve et Manuel Valls condamnent le guet-apens contre des pompiers à Beauvais

Une véritable embuscade. Lors d’une intervention dans un quartier de Beauvais, plusieurs pompiers ont été pris pour cible par des individus. Ils ont été obligés de quitter les lieux avant de revenir avec la police.

Sur la page Facebook des pompiers de l’Oise, Eric de Valroger, Président du SDIS, s’insurge de la mésaventure arrivée, mercredi soir, aux soldats du feu de la caserne de Tillé. Vers 21h30, ils ont reçu un appel signalant une « fumée suspecte », rue des Pervenches, à Beauvais.
Insultes et jet de parpaing

Sur place, les pompiers ont constaté qu’il s’agissait d’un feu de scooter. Mais avant même d’avoir pu intervenir, ils ont été pris à partie par un « groupe d’une dizaine d’individus » selon le président du SDIS. Les insultes ont fusé et divers projectiles ont été lancés en leur direction. Un parpaing a même terminé sa course sur leur véhicule, endommageant celui-ci légèrement.

Laisser un commentaire