Une grande journée contre la contrebande de l’ivoire !

Le titre du Figaro :

Le Kenya détruit la plus grosse quantité d’ivoire de l’histoire

Un total de 105 tonnes d’ivoire ont été brûlées samedi en présence du président kenyan. La crémation publique, organisée dans le parc national de Nairobi, vise à alerter l’opinion et à promouvoir la lutte contre le braconnage.

Le geste symbolique a eu lieu devant des caméras du monde entier. Le président kenyan a procédé samedi à la destruction de 105 tonnes d’ivoire dans le parc national de Nairobi, soit la plus grande quantité d’«or blanc» jamais incinérée en une fois. L’objectif? Signer un acte symbolique fort pour la lutte contre le braconnage des éléphants, décimés pour leurs défenses qui se négocient à prix d’or.

Le président Uhuru Kenyatta et son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba, dont le pays abrite plus de la moitié des éléphants de forêt en Afrique, ont inséré chacun une torche dans une des pyramides constituées de défenses d’éléphants empilées verticalement, sur plus de trois mètres de haut.

Le titre de Swissinfo :

Le Kenya appelle à une interdiction totale du commerce de l’ivoire

Le président kényan Uhuru Kenyatta a appelé vendredi lors d’un sommet africain à interdire complètement le commerce de l’ivoire. Cette mesure vise à empêcher l’extinction des éléphants à l’état sauvage, décimés par des braconniers pour leurs défenses.

« Perdre nos éléphants, ce serait perdre une partie essentielle de l’héritage qui nous a été confié (…). Nous ne serons pas les Africains qui sont restés sans rien faire devant la disparition des éléphants », a déclaré M. Kenyatta lors de la rencontre à Nanyuki (centre).

Le sommet a réuni les présidents du Kenya, de l’Ouganda, du Gabon, et de nombreuses ONG. Samedi, les chefs d’Etat se retrouveront à Nairobi pour l’incinération de 105 tonnes d’ivoire, soit la majeure partie du stock « d’or blanc » accumulé par le Kenya depuis 1989. Il s’agira de la plus grande quantité d’ivoire jamais détruite en une seule fois, représentant environ 5% du stock d’ivoire mondial.

Trente mille éléphants sont abattus chaque année pour leurs défenses. La conséquence est dramatique: additionnées, les morts naturelles et celles imputées aux braconniers surpassent le taux de reproduction de l’espèce. Et c’est la survie à l’état sauvage des 450’000 à 500’000 éléphants d’Afrique qui est en jeu, d’ici une à deux générations à peine.

Laisser un commentaire