Nuit Debout : mouvement non légitime, irresponsable, à bout de souffle, doit être dissout

Ce mouvement ne sait pas régler ses problèmes de sécurité. Il facilite le rassemblement de casseurs qui, se mêlant aux « vrais’ NuitDebout, en profitent pour faire ce qu’ils savent faire le mieux : casser.

Ces groupuscules de gauche (et même d’extrême gauche) savent qu’ils ne seront pas directement accusés par le gouvernement! On ne va pas frapper la main que l’on nourrit parce qu’elle vote pour vous ! Alors on frappe la Police, dirigée par la gauche, mais qu’on accuse comme responsable de violences! Et puis il y a aussi les syndicats qui poussent le mouvement et qui sont, eux aussi, nourris par la gauche.

Souhaitons que ceux qui on encore fait les frais de cette gauche s’en rappellent lors des élections à venir !

Le titre du Point :

Nuit debout : un véhicule de police incendié à Paris

Douze personnes ont été interpellées en marge du mouvement Nuit debout, après des incidents place de la République dans la nuit de vendredi à samedi.

De nouveaux incidents ont été à déplorer dans la nuit de vendredi à samedi place de la République, à Paris. Des échauffourées ont opposé une centaine de personnes aux forces de l’ordre en marge du mouvement Nuit debout, a-t-on appris de source policière. Un véhicule de police a été incendié durant ces heurts. Les incidents ont débuté « peu après minuit quand des individus constitués en cortège ont voulu quitter la place de la République », a détaillé cette source. Les forces de l’ordre présentes leur ont barré le passage et ont essuyé des jets de projectiles de la part d’« une centaine de personnes », donnant lieu ensuite à des affrontements. Le calme est revenu sur la place « aux alentours de 2 heures », a précisé cette source.

Ces incidents interviennent après une semaine de calme autour de la place de la République, théâtre d’échauffourées nocturnes à répétition ces dernières semaines lors de manifestations sauvages en marge du mouvement Nuit debout, installé sur la place depuis le 31 mars. Dans la nuit de vendredi à samedi dernier, alors que le rassemblement de Nuit debout touchait à sa fin, une centaine de personnes avaient jeté et brûlé des palettes et des détritus, avant de lancer des projectiles sur les forces de l’ordre. Elles avaient été dispersées, et 21 personnes interpellées.

La veille, alors que le président François Hollande terminait une émission télévisée, environ 300 manifestants, selon la police, avaient voulu quitter la place pour marcher vers l’Élysée. Déviées par un cordon de CRS, elles avaient ensuite sillonné des rues des 10e et 19e arrondissements, où des casseurs avaient brisé des vitrines et des abribus et vandalisé des véhicules. La semaine précédente, la tentative de quelques centaines de personnes de se rendre au domicile du Premier ministre Manuel Valls avait également conduit à des incidents. Depuis le début du mouvement il y a trois semaines, 36 personnes ont été arrêtées en marge de Nuit debout, dont 35 ont été placées en garde à vue, avait indiqué la Préfecture de police samedi dernier.

Le titre du Parisien :

Nuit Debout : une voiture de police incendiée place de la République à Paris

Une voiture de police a été incendiée et une autre dégradée lors d’affrontements avec les forces de l’ordre, en marge du mouvement Nuit Debout, dans la nuit de vendredi à samedi, place de la République à Paris.
Alors que l’ambiance de la soirée avait été calme jusqu’à minuit, émaillée seulement vers 23 heures de quelques jets de projectiles, douze personnes ont été interpellées entre 0h15 et 2h30. Placées en garde à vue notamment pour attroupement et jet de projectiles, «elles feront l’objet de poursuites judiciaires appropriées», affirme ce samedi matin la préfecture de police (PP) de Paris, dans un communiqué.

Fêtards du vendredi soir d’un côté, manifestants de Nuit Debout de l’autre, la place de la République point de ralliement chaque nuit depuis le 31 mars des opposants au projet de loi Travail, était encore très copieusement garnie. Mais entre musique et discours ou débats, tout se passait dans le calme, sous l’œil des forces de l’ordre toujours mobilisées.

Vers 0h15, selon la préfecture de police de Paris, «la tension est soudain montée très rapidement» près de la rue du Faubourg-du-Temple, sans qu’on en perçoive la raison, témoigne notre photographe présent sur place. Quelques personnes, une centaine selon la PP, s’en sont prises aux forces de l’ordre. Des projectiles sont partis et un véhicule de police banalisé, une Mégane break blanche, a été incendié et entièrement détruite.

Laisser un commentaire