La Turquie armerait l’Etat Islamique en Syrie ?

Bizarrement, nous avons vu un titre l’annonçant hier sur la page de Google News, mais aujourd’hui, plus rien!

Obligés d’aller chercher avec « Turquie arme Ei ». On se retrouve alors avec quelques articles, sur :

Journalmetro, Levif,

Le titre de Journalmetro :

La Russie accuse la Turquie d’armer le groupe ÉI

La Russie accuse trois fondations turques de fournir des armes et de l’équipement militaire au groupe armé État islamique (ÉI) en Syrie et affirme que l’équivalent de 1,9 million $ US en explosifs et en produits chimiques industriels ont été trafiqués à la frontière turque pour être remis à des extrémistes.

L’ambassadeur russe aux Nations unies, Vitali Tchourkine, a indiqué dans une lettre écrite au Conseil de sécurité que la Turquie était le principal fournisseur d’armes et de munitions aux combattants de l’ÉI. Les transferts seraient supervisés par l’Organisation nationale du renseignement du pays et ils seraient livrés dans des véhicules «dont certains font partie de convois humanitaires».

Dans un courriel, un porte-parole de la mission de la Turquie à l’ONU a rétorqué que la lettre de la Russie «contenait clairement des allégations sans fondement» que le pays rejette «entièrement». Il a rappelé que la Turquie avait perdu plusieurs de ses citoyens dans les attaques perpétrées par le groupe armé ÉI, qu’il a qualifié de «menace nationale pour la sécurité».

La campagne aérienne de la Russie en Syrie qui a commencé le 30 septembre a grandement aidé son allié, la Syrie, à reprendre du terrain dans le cadre de la guerre civile qui secoue le pays depuis cinq ans et qui a fait jusqu’à présent au moins 250 000 victimes. La Turquie, l’Arabie Saoudite et d’autres acteurs régionaux ont pour leur part soutenu les opposants du gouvernement syrien de Bachar el-Assad et ils sont outrés de le voir s’accrocher au pouvoir.

Le porte-parole turc a ajouté que la Russie tentait ainsi d’«éclipser les morts de civils, les ravages et la destruction en Syrie causés par les opérations militaires de la fédération russe».

Le groupe ÉI est en difficulté en Irak et en Syrie, où les soldats gouvernementaux aidés par les frappes aériennes de la coalition internationale mènent une offensive. La coalition dirigée par les États-Unis estime que les extrémistes ont perdu 40 pour cent du territoire qu’ils contrôlaient auparavant en Irak, et 20 pour cent en Syrie.

La lettre de l’ambassadeur russe révèle avec précision l’armement qui aurait été acheminé en Syrie par trois fondations. L’une d’entre elles aurait envoyé 7500 véhicules avec des fournitures variées depuis 2011.

«Pour traverser la frontière sans obstacle, avec la complicité des autorités turques, les produits sont traités pour des compagnies qui seraient supposément enregistrées en Jordanie et en Irak», a-t-il précisé.

De larges réserves d’explosifs sont souvent transportées par l’eau, surtout par le fleuve Euphrate, selon Vitali Tchourkine.

Le titre de Levif :

Moscou accuse la Turquie d’armer l’EI par l’intermédiaire d’ONG

La Russie accuse la Turquie d’armer le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie à travers des ONG turques qui passeraient de l’équipement en contrebande, dans une lettre au Conseil de sécurité publiée vendredi.

« Le principal fournisseur d’armes et d’équipements militaires à l’EI est la Turquie, qui le fait par l’intermédiaire d’organisations non gouvernementales », a écrit l’ambassadeur de la Russie auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, dans un courrier daté du 18 mars. La fondation Besar, la fondation Iyilikder et la Fondation pour les libertés et les droits de l’homme ont envoyé des convois d' »approvisionnements divers » à des groupes armés djihadistes, dont l’EI, selon M. Tchourkine. Ces trois organisations sont le front du renseignement turc en Syrie, assure l’ambassadeur russe.

La Russie accuse régulièrement la Turquie de soutenir des groupes islamistes en Syrie opposés au président syrien Bachar al-Assad, grand allié de Moscou dans ce conflit. Les attaques de Moscou contre Ankara se sont multipliées depuis que la Turquie a abattu un avion militaire russe en novembre. M. Tchourkine cite aussi deux sociétés –Tevhid Bilisim Merkezi et Trend Limited Sirketi, basées à Sanliurfa– qui auraient fourni des produits chimiques ou des détonateurs à des combattants en Syrie. En février, la Russie avait échoué à convaincre le Conseil de sécurité d’adopter une résolution appelant la Turquie à cesser ses bombardements en Syrie.

Sur Google News, on ne trouve que quelques articles dénonçant la Turquie d’expulser illégalement des réfugiés syriens!

On retrouve cette accusation dans un article de RT.com :

Le titre de RT :

Ambassadeur russe à l’ONU : La Turquie fournit des armes et du matériel militaire à l’EI

L’ambassadeur russe à l’ONU, Vitali Tchourkine, a présenté au Conseil de sécurité de l’ONU des documents prouvant que la Turquie fournit illégalement des armes et de matériel militaire à l’Etat islamique en Syrie.

ambassadeurrusse

Vitali Tchourkine a expliqué devant le Conseil de sécurité de l’ONU que la Turquie est le principal fournisseur d’armes et de matériel militaire à destinations des combattants de l’EI, et, que les livraisons sont orchestrées par les services de renseignements turcs par le biais d’organisations non-gouvernementales.

L’Organisation nationale du renseignement de Turquie est responsable des opérations. Le transport est effectué principalement par camions, notamment par convois d’aide humanitaire, a expliqué l’ambassadeur russe à l’ONU dans une lettre dédiée au Conseil de sécurité de l’ONU.

L’année dernière, les terroristes présents en Syrie ont reçu pour 1,9 millions de dollars de matériels explosifs, selon Vitali Tchourkine.

Au total, 2,5 milles tonnes de nitrate d’ammonium, soit une valeur d’environ 788 700 dollars, ont été livrées aux terroristes de l’EI, ainsi que 456 tonnes de potassium de nitrate (468 700 dollars), 75 tonnes de poudre d’aluminium (496 500 dollars), 19 400 dollars de nitrate de sodium, 102 500 dollars de glycérine et 34 000 dollars d’acide nitrique via la Turquie en 2015, selon Vitaly Tchourkine.

«Au cours des deux dernières semaines de janvier 2016, les employés des services des renseignements turcs ont livré aux terroristes «Dzhabhat al-Sham» des munitions de calibre de 7,62 mm et de 12,7 mm et des munitions de lance-grenades RPG-7», a déclaré l’ambassadeur russe au Conseil de sécurité. Le 25 janvier, «le fonds turc pour la Défense des droits de l’Homme et des libertés a financé l’envoi d’environ 55 tonnes de biens et de nourriture aux terroristes de Daesh», a ajouté Vitali Tchourkine.

… la suite sur RT.com

Laisser un commentaire