Plusieurs arrestations à Bruxelles liées à l’attentat déjoué en France

Au moins trois personnes ont été appréhendées vendredi dans des communes de la capitale belge. Toutes sont en lien avec l’enquête conduite à la suite de l’arrestation de Reda K.

Trois personnes ont été arrêtées vendredi dans plusieurs communes de Bruxelles dans le cadre de l’enquête conduite à la suite de l’attentat déjoué la veille à Argenteuil, a annoncé le parquet fédéral belge dans un communiqué.

«Deux perquisitions ont été menées dans un dossier de terrorisme lié à l’arrestation à Argenteuil du nommé Reda K.», a affirmé le parquet, en précisant que trois personnes avaient été arrêtées dans les communes de Forest, Saint-Gilles et Schaerbeek. Dans les deux premières, les personnes appréhendées sont dénommées respectivement «Tawfik A.» et «Salah A.», précise le parquet sans donner l’identité de la troisième personne.

Plus tôt, nous avions appris qu’une opération de police spectaculaire était en cours à Schaerbeek. Un homme y a été arrêté et légèrement blessé à la jambe, selon le bourgmestre Bernard Clerfayt. Et très vite nous avons su que cette opération était liée au projet d’attentat déjoué jeudi en France.

Il semble que cette dernière arrestation soit la même que celle annoncée par le parquet.

Peu après 13h, des unités des forces spéciales belges avaient été déployées dans le quartier autour de la place Meiser et l’ensemble avait été bouclé. Des explosions ont été entendues, ainsi que plusieurs coups de feu. Un tram passant à proximité de la place a été évacué. Des démineurs ont été envoyés sur place. Selon des sources non identifiées citées par la RTBF, l’homme arrêté, qui n’a pas obtempéré aux ordres de la police, était en possession d’une valise contenant des explosifs.

Laisser un commentaire