Les habits et la physionomie du corps retrouvé à Oléron correspondent à Alexia

L’adolescente de 15 ans avait disparu il y a 40 jours alors qu’elle quittait son lycée. D’après l’autopsie, pratiquée vendredi matin à Poitiers, le corps ne semble pas avoir subi de violences sexuelles.

Le corps avait été retrouvé la veille dans le sud de l’île d’Oléron. «La physionomie du corps et les vêtements correspondent à ceux d’Alexia», a annoncé vendredi le parquet de La Rochelle. L’adolescente de 15 ans avait disparu il y a 40 jours dans le même secteur de l’île. Le corps se trouvait dans un trou d’eau sur la commune de Saint-Trojan-les-Bains. Il était dissimulé «avec beaucoup de soins» par des végétaux, précise la procureur de la République, Isabelle Pagenelle.

D’après les conclusions provisoires de l’autopsie, pratiquée dans la matinée à Poitiers, le corps ne semble pas avoir subi de violences sexuelles. Et les causes de la mort ne seront connues «qu’à l’issue d’analyses médico-légales complémentaires», ajoute le parquet.

La jeune Alexia a été aperçue pour la dernière fois vers 17h30 le 1er février. Elle quittait à pied le Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron de Saint-Trojan, où elle était scolarisée en classe de seconde. Sur place, seuls son vélo et son sac étaient retrouvés. Le soir même, sa mère, qui réside à environ un kilomètre de là, signalait sa disparition. Dès le lendemain, une quarantaine de gendarmes entamaient des recherches sur l’île. Dans les jours suivants, d’importants moyens étaient déployés: une centaine d’élèves gendarmes, des plongeurs de la brigade nautique de La Rochelle, un hélicoptère de gendarmerie, deux maîtres-chiens et environ 200 habitants de l’île. En parallèle, un avis de recherche national pour «disparition inquiétante» était lancé. Ces derniers jours, des gendarmes mobiles poursuivaient toujours des recherches sur le terrain.

Fugue, enlèvement ou mauvaise rencontre: les enquêteurs affirmaient jusqu’à ces dernières semaines explorer toutes les pistes. Mais, le 8 février, le parquet de La Rochelle avait tout de même requalifié l’affaire en «enlèvement et séquestration». L’adolescente venait d’échanger des SMS avec un ami à Lyon avant que son portable ne cesse d’émettre. Fin février, le père d’Alexia, Manuel Silva Costa, indiquait à l’AFP que les enquêteurs privilégiaient alors la mauvaise rencontre ou l’enlèvement. Le parquet a finalement ouvert vendredi une enquête préliminaire pour «homicide volontaire».
Les parents ont été prévenus dès la découverte du corps afin de les préparer à l’éventualité qu’il puisse s’agir de leur fille. «Je n’ai aucune affirmation», a confié le père de l’adolescente, la voix brisée, se disant «en grande souffrance, en grande détresse». «Mais je dois continuer, j’ai une autre fille», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire