Une plainte contre le cardinal Barbarin et le Vatican

Après l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Lyon, une victime présumée du père Bernard P. porte plainte contre Philippe Barbarin et un puissant membre de la curie romaine.

Le ciel s’assombrit singulièrement au-dessus de l’évêché de Lyon. Une première victime présumée d’un prêtre pédophile, a déposé plainte, vendredi contre Philippe Barbarin, cardinal-archevêque de Lyon et un des hauts responsables du Vatican, le cardinal Ludwig Muller pour «non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs de quinze ans». Président de l’association La Parole Libérée, qui regroupe les victimes présumées du père Bernard P., mis en examen le 27 janvier, François Devaux a indiqué à Libération, que cette plainte concernait également le directeur de cabinet de Barbarin, Pierre Durieux et une bénévole du diocèse, Régine Maire. Cette dernière avait organisé, le 11 octobre 2014, une rencontre entre le père Bernard P. et l’une de ses anciennes victimes présumées.

 François Devaux entendu par la police vendredi après-midi

Confirmée de source judiciaire à Libération, une enquête préliminaire a, en fait, été ouverte, dès la semaine dernière, par le parquet de Lyon pour non-dénonciation de crime et mise en danger de la vie d’autrui. François Devaux a indiqué qu’il avait été entendu par la police, vendredi après-midi. «Des éléments du dossier, tenus par le secret de l’instruction, m’ont conduit à déposer moi-même plainte», explique-t-il. Il y a une dizaine de jours, plusieurs membres de l’association avaient fait part publiquement de leur intention d’entamer une telle démarche. «Régine Maire a déclaré que des échanges avec Rome avaient retardé le dossier» (de la mise à l’écart du prêtre pédophile, ndlr), précise François Devaux, justifiant ainsi sa plainte contre le cardinal Muller. Celui-ci dirige la Congrégation pour la doctrine de la foi qui, à la curie romaine, centralise et gère les dossiers des prêtres pédophiles.

Laisser un commentaire