Nouvelle démonstration de force des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Une pancarte, un message: « Valls, bravo. T’as trouvé ton Larzac ».

Près de 50 000 personnes selon les organisateurs – 15 000 selon les autorités – ont symboliquement occupé, ce samedi 27 février, le site censé accueillir les premières pelleteuses dans le cadre du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes (Loire-Atlantique).

Les opposants à la réalisation de cette infrastructure ont bloqué deux routes nationales pour investir la zone dédiée au barreau routier devant desservir l’équipement. Soixante-huit autocars acheminant des manifestants venus de toute la France, plus de 800 cyclistes, des piétons, des automobilistes, et des une cinquantaine de tracteurs ont convergé sur le secteur. Une démonstration de force encore plus importante que la manifestation du 9 janvier, orchestrée sur le périphérique de Nantes, qui avait rassemblé entre 20 000 (selon les organisateurs) et 7200 participants (chiffre de la police).

« Les promoteurs du projet, politiques ou non, doivent entendre le message. Ils ne peuvent pas nier que la mobilisation est exceptionnelle, note Céline, jeune institutrice venue de Rennes. Il faut enfin se poser et avoir le courage de stopper ce dossier. »

Penchée sur le pont surplombant la nationale (reliant Nantes à Vannes) noire de monde, Pierrette, retraitée également venue d’une petite commune de Bretagne, gronde :

« Franchement, quand on voit la foule immense, je ne vois vraiment pas comment le gouvernement pourra le faire passer, son grand projet inutile. Le bétonnage ne menace pas que l’espace de l’aéroport. Il y aura les routes, l’installation d’entreprises, des entrepôts, des liaisons ferroviaires à long terme. C’est un gâchis environnemental incroyable. »

 

Laisser un commentaire