Primaire républicaine: les ambitions de Ted Cruz pourraient s’arrêter chez lui, au Texas

Donald Trump pourrait définitivement barrer la route au conservateur Ted Cruz dans la course à la Maison Blanche après le « super mardi » du 1er mars. Et même « à domicile », le sénateur du Texas est en difficulté.

De tous les Etats où se livrent les batailles des primaires pour l’investiture à la présidentielle américaine, le conservateur Ted Cruz ne pensait pas devoir se soucier du Texas. Adulé aux rallyes du Tea Party et dans les conventions républicaines de cet Etat dont il est sénateur, sa victoire est cependant loin d’être acquise. En dépit de son statut de favori et malgré une base républicaine solide dans cet Etat du Sud, ses adversaires républicains continuent de lui refaire le portrait.

Donald Trump continue de clamer qu’il est un « menteur » – il ne pourrait pas se présenter car il est né au Canada – et Marco Rubio s’emploie à montrer que lui aussi peut bousculer l’establishment comme il l’avait lui-même fait en 2012. Autrement dit, tous deux voudraient lui siphonner son électorat.
Donné vainqueur au Texas, mais d’une courte tête

Les observateurs politiques américains donnent Cruz gagnant d’une légère avance sur ses contradicteurs, soit 29 points contre 28, selon un dernier sondage. L’écart se resserre dangereusement et le poids symbolique du Texas est écrasant pour le chouchou du Tea Party.

« Ça passe ou ça casse pour Cruz. Il doit gagner, être second ne serait pas suffisant », commente auprès de CNN , Bill Miller, lobbyiste républicain indépendant.

La victoire pourrait lui permettre de réclamer la majorité relative des 155 délégués de l’Etat. Son équipe pense qu’il pourrait ainsi revenir dans la course aux délégués d’ici au 1er mars, date importante s’il en est. Mardi sera en effet le jour du « Super Tuesday », où douze Etats doivent voter. Mais cela sera-t-il suffisant pour freiner la locomotive Trump sur le chemin de l’investiture républicaine?
Le « Super Tuesday » mal engagé pour les rivaux de Trump

Après avoir remporté le caucus du Nevada le 23 février, Donald Trump devance ses adversaires avec trois victoires à son actif. Le 1er mars, l’Alabama, l’Alaska, l’Arkansas, le Colorado (caucus), la Géorgie, le Massachusetts, le Minnesota (caucus), l’Oklahoma, le Tennessee, le Vermont, la Virginie, sans oublier donc le Texas, voteront pour élire 595 délégués. D’après les derniers sondages, Donald Trump devrait l’emporter dans 9 d’entre eux et Ted Cruz dans deux. Mais dans cette campagne qui défie les standards, tout est encore possible d’ici à mardi.

Laisser un commentaire