«Jungle» de Calais : la Belgique rétablit les contrôles à la frontière française

Dans la perspective d’un démantèlement du camp de Calais, le ministère de l’Intérieur belge va déployer plus de 250 policiers aux points de passage stratégiques. La Belgique est le septième pays de l’espace Schengen à déroger temporairement au principe de libre-circulation.

 

Le ministère de l’Intérieur belge a annoncé mardi le rétablissement temporaire des contrôles à sa frontière avec la France. But de l’opération: faire face à l’éventuel afflux de migrants consécutif à l’évacuation de la «jungle» de Calais, initialement prévue ce mardi soir puis repoussée dans l’attente d’une décision de justice sur la légalité de l’opération, probablement rendue mercredi ou jeudi.

Depuis plusieurs semaines, les autorités du pays craignent notamment un afflux de migrants aux abords du grand port de Zeebruges, d’où partent des ferrys pour la Grande-Bretagne. «Nous assistons d’ores et déjà à un déplacement de migrants de Calais vers notre pays» a déclaré le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, lors d’une conférence de presse à Bruxelles. «Lorsque les camps de France seront évacués, nous pourrions faire face à un afflux de plusieurs milliers de personnes. On veut éviter à tout pris des camps de tentes à la Calais en Belgique. C’est une question de maintien de l’ordre», a argué Jan Jambon.
250 à 290 policiers

«Hier, nous avons arrêté 32 personnes à Adinkerke», une localité situé du côté belge de la frontière, a expliqué M. Jambon. «Pour la plupart, ce ne sont pas des demandeurs d’asile, ce sont des migrants de transit, ils ne veulent pas rester en France ou en Belgique mais voyager au Royaume-Uni», a-t-il poursuivi.

Dès lundi soir, la Belgique a deployé des policiers pour procéder à des contrôles aux points de passage avec la France, notamment près de la côte ainsi que dans les environs de Zeebruges, où des migrants quittant le camp de Calais pourraient vouloir se rendre. Renforcés mardi, les contrôles atteindront leur plein effet mercredi, avec «quelque 250 à 290 policiers» belges sur le terrain chaque jour, a précisé le ministre.
Dérogation à titre exceptionnel

Jan Jambon a déclaré avoir «informé la Commission européenne» que la Belgique allait «temporairement déroger à Schengen». On compte désormais sept pays membres de l’espace de libre-circulation à avoir rétabli des contrôles temporaires à leurs frontières (Belgique, Danemark, Norvège, Suède, Autriche, Allemagne, France) comme ils y sont autorisés dans des situations exceptionnelles.

Laisser un commentaire