Marine Le Pen officialise sa candidature à l’élection présidentielle

La présidente du Front national se présente comme «la candidate de la vérité» qui mettra en œuvre une «réconciliation» du pays.

A quinze mois du second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen clarifie ses ambitions. «Oui, je suis candidate à l’élection présidentielle de 2017», a lancé la présidente du Front national, invitée lundi soir du journal télévisé de TF1. Relancée, elle a martelé: «Oui je serai candidate.»

«Je serai candidate parce que je pense que la vie politique a besoin de vérité, la vie politique française a besoin de courage. Elle a besoin de gens qui croient ce qu’ils défendent. Et je ne vois pas beaucoup de responsables politiques qui sont dans ce cas», a poursuivi l’eurodéputée, déjà candidate en 2012. Elle avait alors obtenu 17,90% des voix au premier tour.

«Je crois qu’il y a une grande opération de réconciliation à faire dans notre pays»

«Mon espoir, c’est la France apaisée», a insisté Marine Le Pen, manière de souligner son nouveau slogan. Et de le détailler: «Aujourd’hui nous sommes obligés de constater que le laxisme crée le chaos et que l’autorité apaise. Que la Nation unit et que le communautarisme divise. Que le progrès économique rassemble et que la précarité sépare et jette tous contre tous.» «C’est que ce fait le gouvernement et celui d’hier. Jeter les chômeurs contre les salariés, les salariés français contre les salariés détachés qui viennent travailler dans notre pays, les travailleurs contre les retraités», a poursuivi la patronne du FN. «Je crois qu’il y a une grande opération de réconciliation à faire dans notre pays», a indiqué la candidate. Avant de citer un auteur inattendu, Raymond Aron: «L’Etat doit être respecté à l’extérieur et en paix à l’intérieur.» «Et croyez moi, il y a beaucoup de travail compte tenu de l’énergie que met ce gouvernement à laisser pourrir la situation et à laisser se multiplier les conflits dans notre pays», a conclu Marine Le Pen.

«A un moment, soit on résiste, soit on se soumet. Je suis la candidate de la vérité, je ne viens pas vendre des mensonges aux Français», a ajouté l’eurodéputée. Qui a précisé son plan d’action en cas d’élection: «Il y a plus de quatre ans que j’ai indiqué que j’entrerais en négociations avec l’Union européenne, ce qui est exactement ce qu’est en train de faire la Grande-Bretagne (…) Si La France ne pouvait obtenir le retour de ses souverainetés – territoriale, législative et monétaire – par la négociation, ce dispositif serait proposé aux Français par référendum.

Cette candidature n’est pas une surprise. Ce n’est pas la première fois que Marine Le Pen parle de la prochaine échéance présidentielle bien que cette déclaration est la plus formelle. Elle intervient après un week-end pendant lequel elle a réuni ses troupes à l’occasion d’un grand séminaire.

Laisser un commentaire