Le centre-ville de Rennes saccagé par les manifestants

Le centre-ville de Rennes a été saccagé samedi 6 février lors d’une manifestation d’opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes.

Ces opposants sont les mêmes que ceux qui entourent et manipulent les migrants de Calais !

Ce sont eux, appartenant à l’extrême gauche, que le gouvernement laisse faire !

Ce sont eux qui n’aiment pas la France ! Qui vivent de subventions occultes, qui dégradent le pays !

Ce sont eux qu’il faut combattre, dénoncer!

Ils sont la honte des français et de la France!

centrevillerennessaccage2
Au lendemain du « carnaval » organisé par plusieurs collectifs d’opposants au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, Rennes s’est réveillée avec la gueule de bois. Le centre-ville de la capitale bretonne a été littéralement saccagé par des manifestants. Selon les autorités, ils étaient un peu moins de 1.000 à se réunir samedi à l’appel de plusieurs collectifs.

De la place de la Mairie à l’esplanade de Gaulle, de très nombreuses vitrines ont été cassées, des distributeurs de billets ont été ravagés, et des centaines de tags sont visibles sur les murs.

Les manifestants ont surtout ciblé les banques, les agences immobilières et les assureurs, mais certaines vitrines ont été touchées, notamment sur les quais de République. « Pourquoi ça ? Ils imaginent qu’on a plein d’argent, qu’on représente le mal ? », s’interroge une commerçante bien occupée à nettoyer sa vitrine brisée aspergée de peinture. « J’avais fermé samedi après-midi. Je ne voulais pas prendre de risque ». D’autres commerçants ont même baissé leur rideau samedi lors du passage du cortège, gardant leurs clients à l’intérieur.
« Ce sont des abrutis »

Ce dimanche matin, les passants ne pouvaient que constater les dégâts. « Ce sont des abrutis. A quoi ça leur sert de faire ça ? », lâche un ancien. Devant l’agence Giboire de la rue du Pré Botté, les dégâts sont considérables. « Je comprends que l’on puisse manifester, mais pas comme ça, pas en cassant. Ces gens là n’y sont pour rien », témoigne une passante.

Laisser un commentaire