La Corée du Nord procède au tir d’une fusée, tollé de la communauté internationale

Le gouvernement communiste de Pyongyang avait informé les instances des Nations unies qu’il prévoyait de tirer une fusée à longue portée transportant un satellite d’observation terrestre. Le Conseil de sécurité se réunit en urgence dimanche pour d’éventuelles sanctions.

Une nouvelle provocation? La Corée du Nord a annoncé dimanche avoir réussi à placer en orbite un satellite au moyen d’un tir de fusée, largement condamné comme un test de missile balistique servant à la mise au point d’armements capables de frapper le territoire américain. Ce tir, qui viole plusieurs résolutions des Nations unies, sonne comme un nouveau défi pour la communauté internationale qui peine déjà à sanctionner Pyongyang après son quatrième essai nucléaire présumé du 6 janvier.
La présentattrice nord-coréenne annonçant le tir de la fusée.

Il n’y avait aucune confirmation extérieure dans l’immédiat que le dernier étage de la fusée lancée dans la nuit de samedi à dimanche, porteuse d’un satellite, était parvenu à atteindre son orbite. Mais un responsable américain de la défense a déclaré qu’un véhicule de lancement «semble avoir gagné l’espace». Une présentatrice de la télévision officielle nord-coréenne a expliqué que ce tir, ordonné par le dirigeant Kim Jong-Un, avait permis «de placer avec succès notre satellite d’observation de la Terre Kwangmyong 4 (…) en orbite». La Corée du Nord ne fait qu’exercer son droit légitime à une utilisation «pacifique et indépendante» de l’espace, a-t-elle souligné. Ce tir marque aussi «une avancée dans le renforcement de notre capacité de défense».

Laisser un commentaire