Manifestation interdite à Calais : un général et une vingtaine de personnes arrêtés

Une vingtaine de personnes – dont le général Christian Piquemal – ont été interpellées en marge d’un rassemblement interdit qui s’est tenue à l’appel du mouvement anti-immigration Pegida. Des heurts ont éclaté.

Une vingtaine de personnes ont été interpellées samedi à Calais à l’occasion d’un rassemblement anti-immigration à l’initiative du mouvement islamophobe Pegida, qui a occasionné des échauffourées en dépit de son interdiction par le ministère de l’Intérieur. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, les personnes interpellées ont été envoyées au commissariat pour examen de leur situation et leur éventuel placement en garde à vue. Vers 14h30, les manifestants se sont dispersés. Une centaine de manifestants s’étaient regroupés en début d’après-midi malgré l’interdiction préfectorale et ont scandé aux abords de la gare de la ville des slogans hostiles à la présence des migrants.
Des partisans de Pegida samedi à Calais.

Après plusieurs demandes de dispersion restées vaines, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et ont interpellé les individus. Une arrestation a particulièrement fait polémique. Celle du général de Corps d’Armée Christian Piquemal. Ce dernier a été à la tête de la légion étrangère de 1994 à 1999. Décoré de la Légion d’honneur, il a également présidé l’Union nationale des parachutistes. Sa présence, annoncée, à la manifestation interdite, constituait déjà en soi un événement. Il était présent, en tête du cortège, et a pris plusieurs fois la parole, lançant aux gendarmes un «Vous devriez avoir honte!». Les images de son arrestation musclées déchaînent ses partisans sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire