Décès d’une fillette avec un Kinder : pas d’infraction pénale selon le parquet

La société italienne Ferrero qui distribue les Kinder Surprise précise qu’ils ne sont pas destinés aux enfants de moins de trois ans en raison de la présence de petits éléments et recommande la supervision d’un adulte.

Deux semaines après le décès d’une petite fille de 3 ans et demi à Toulouse, le parquet de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a confirmé ce lundi qu’elle avait été étouffé par une pièce d’un jouet contenu dans Kinder Surprise.

Il a néanmoins écarté toute infraction pénale de la part du fabricant, Ferrero. «En l’état de la procédure et des investigations menées, aucune infraction pénale n’est constituée à l’égard de quiconque», a indiqué dans un communiqué le procureur de la République à Saint-Gaudens.

Selon le parquet, la mère de la fillette avait indiqué aux gendarmes qu’elle «se trouvait dans le salon de son habitation, à Saint-Elix-le-Château en compagnie de sa fille, lorsque celle-ci avait avalé une petite roue en plastique provenant d’un jouet Kinder. «Le grand-père de l’enfant, très vite sur les lieux, réussissait à extraire l’objet» mais «l’enfant, dans un état comateux, (…) décédait au cours de la nuit» à l’hôpital toulousain, ajoutait le texte du ministère public. Les gendarmes ont précisé que petite fille décédée avait pu être réanimée par les pompiers, mais les lésions cérébrales ont entraîné son décès à l’hôpital.

Laisser un commentaire