Pourquoi la gauche a raison de refuser l’amalgame extrême droite – extrême gauche (mais pas dans le sens où elle le croit). Article de 2013, déjà !

L’extrême gauche est potentiellement aussi liberticide que l’extrême droite, l’histoire l’ayant largement démontré en France et dans le monde. Et les « fascistes » conspués par la gauche n’étaient pas toujours ceux que l’on croit.

Dans le feu de l’affaire Méric, certains leaders de droite, Jean-François Copé en tête, on affirmé que, quitte à s’en prendre aux groupes extrémistes, il fallait regarder aussi bien à gauche qu’à droite. Ils se sont fait aussitôt morigéner par la gauche affirmant qu’on ne pouvait oser comparer « fascites » et « antifascistes ».

La gauche a mille fois raison, car les prétendus « antifascistes » sont aujourd’hui bien plus dangereux que les prétendus « fascistes .

Qu’est-ce que l’ultra-gauche ?

 On peut mettre en avant le bilan du communisme, que ce soit en Russie (Lénine, Staline), en Chine (Mao), au Cambodge (Pol-Pot), en Algérie (épuration au lendemain de l’indépendance). Au total, le communisme, au XXe siècle, c’est entre 65 et 90 millions de morts. L’ultra-gauche au pouvoir, c’est avec quasi-certitude un recul des libertés démocratiques et un bain de sang. Que dire par exemple de Cuba, présenté comme un régime « sympa » alors que Fidel Castro paradait sur les marches de l’Élysée en 1995 ? Vous avez ainsi moins de chance d’être arrêté dans les rues de Paris avec un tee-shirt du « Che » qu’avec un tee-shirt de « La Manif Pour Tous » ; et pourtant… Quand il était responsable de la prison de la Cabana, Che Guevara n’a-t-il pas été surnommé le petit boucher ?

Et dans notre pays ? Des communistes qui, pacte Ribbentrop-Molotov oblige, ne se sont opposés au nazisme qu’à compter de l’invasion de la Russie en 1941. Un parti qui a longtemps pris ses ordres à Moscou, et qui prônait ouvertement la révolution et l’exécution de la bourgeoisie. Le PCF moribond, ses héritiers (Front de gauche, NPA, etc.) se nourrissent des mêmes principes qui visent à l’extinction du pluralisme démocratique. « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté », disait Saint-Just. Ils sont dans la même veine que ceux qui ont donné à la France la Convention Thermidorienne, probablement la pire dictature de notre histoire. Les héritiers de ces mouvements sanguinaires prétendent donner des leçons de démocratie ?

Et le fascisme, alors ? Le fascisme originel, c’est l’Italie de Mussolini qui provenait du parti socialiste. Lequel était d’ailleurs, à l’origine, un farouche adversaire d’Hitler (traité en 1934 de « fou dangereux ») et un des seuls dirigeants européens à avoir protesté militairement lors du coup d’Etat du 25 juillet 1934, par lequel Hitler tenta une première annexion de l’Autriche. Et le nazisme lui-même, n’est-il pas un mouvement issu de la gauche, un mouvement « national-socialiste » ? A Vichy, également, nombre de leaders étaient issus des rangs de la gauche française des années 30 (Laval, Doriot, Déat….). Bref,nous sommes loin de la vision simpliste et manichéenne de nos parangons de vertus socialisantes !

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-gauche-raison-refuser-amalgame-extreme-droite-extreme-gauche-mais-pas-dans-sens-ou-elle-croit-arvernes-757453.html#Mi4mTEySirUvs1pf.99

Laisser un commentaire