Attentat à Istanbul, ce matin, 13 janvier.

Attentat à Istanbul : l’assaillant était un membre de Daech

o Un attentat suicide en plein coeur de la ville
Une explosion s’est produite à 10h18 (9h18, heure française) sur l’ancien hippodrome de Constantinople qui borde la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, dans le quartier historique de Sultanahmet, à Istanbul. Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, il s’agit d’un « attentat suicide d’origine syrienne ».

Les victimes sont essentiellement des touristes
Ce mardi soir, le nombre de victimes exact et leur nationalité étaient encore confus. Selon les médias locaux, il y aurait entre 10 et 11 personnes tuées, et quinze personnes blessées, dont deux dans un état grave. Elles sont toutes d’origine étrangère. Huit touristes allemands ont été tués lors de l’explosion, d’après le gouvernement allemand. Ils seraient neuf, selon les autorités turques. Un Péruvien serait aussi décédé. Parmi les blessés, on compte au moins un Norvégien et un Coréen du sud.

o L’assaillant était un membre de Daech
Le terroriste présumé a été identifié comme étant un ressortissant syrien de 28 ans, membre de l’Etat islamique. Selon le vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus, cet homme était tout récemment entré en Turquie depuis la Syrie et n’était pas connu des services de police. Pour l’heure, l’attentat n’a toujours pas été revendiqué. En octobre dernier, la Turquie avait déjà été secouée par un double attentat suicide qui avait fait 103 morts, l’attaque la plus meurtrière jamais survenue sur le sol turc.

Cet article a 1 commentaire

  1. On peut désormais constater, depuis quelques jours, que des attentats « individuels » se produisent de plus en plus.
    C’était hier à Marseille, aujourd’hui Istanbul.
    Ceux-ci sont l’oeuvre d’individus « non connus »des services de sécurité, des personnes qui se sont radicalisées « seules ».
    C’est une nouvelle forme de terrorisme que nous devons craindre désormais!
    Il faut aussi craindre que les recrues soient de plus en plus jeunes (voir à Marseille, un jeune de seulement 15 ans).
    Celles et ceux qui se sentirons laissés par la société seront malheureusement les victimes du terrorisme.
    Je pense qu’il faudrait, dès aujourd’hui, lancer un appel à la population pour que, si des situations peuvent laisser à penser que des personnes puissent être attirées par certaines convictions, de venir auprès d’elles et les aider avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire